La Ménopause Peut-elle être La Cause De Votre Sécheresse Oculaire?

La ménopause peut-elle être la cause de votre sécheresse oculaire?

(Par Kiara Yllescas, en collaboration avec Sarah Dardarian, I-MED Pharma)

Saviez-vous que les femmes de plus de 50 ans présentent un risque plus élevé de problèmes de sécheresse oculaire?

Selon l’Académie américaine d’ophtalmologie, la sécheresse oculaire touche plus de 3,2 millions de femmes américaines d’âge moyen et plus[1]. Les changements hormonaux associés à la ménopause rendent la sécheresse oculaire plus fréquente chez les femmes de ce groupe d’âge[2], et il est donc important de garder la santé oculaire à l’esprit pendant cette étape de la vie.

Qu’est-ce que la ménopause?

La ménopause est un moment qui survient 12 mois après les dernières règles d’une femme. La transition ménopausique, ou « périménopause », correspond aux années qui précèdent la ménopause. Cette transition commence généralement vers l’âge de 45 ans et dure environ de 7 à 10 ans. La production d’hormones sexuelles, soit l’œstrogène, l’androgène et la progestérone, fluctue pendant la transition ménopausique et reste généralement à des niveaux faibles après la ménopause[3].

La transition ménopausique, la ménopause et la postménopause (la période qui suit la ménopause, sans menstruation)[4] s’accompagnent d’une multitude de symptômes tels que les bouffées de chaleur, la sécheresse oculaire, l’insomnie et les sautes d’humeur[3], [5] Cette étape de la vie apporte des changements sur le plan de la santé qui peuvent être accablants et difficiles à gérer. Cet article vous donnera un aperçu de la façon dont la ménopause peut affecter les yeux et vous proposera quelques options de prise en charge pour assurer votre confort et votre santé oculaire; toutefois, n’oubliez pas de toujours discuter de vos préoccupations ou de vos problèmes oculaires avec votre professionnel des soins de la vue. Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur la façon dont la ménopause et chaque hormone peuvent affecter la santé oculaire.

 

Comment la ménopause affecte-t-elle la santé oculaire?

La ménopause entraîne une fluctuation des taux d’hormones produites, ce qui conduit souvent à un déséquilibre hormonal et peut affecter les glandes de Meibomius[2]. Ces petites glandes, situées sur le bord des paupières, produisent de l’huile qui recouvre la surface de l’œil et empêche le film lacrymal de s’évaporer trop rapidement, ce qui est un élément clé pour garder les yeux hydratés[2].

Une baisse des taux hormonaux peut affecter les mécanismes des glandes de Meibomius, ce qui peut rendre le film lacrymal instable et entraîner une sécheresse de la surface oculaire.

Œstrogène

La fluctuation des taux d’œstrogènes peut affecter les glandes sébacées de l’œil, ainsi que sa structure. En effet, l’œstrogène favorise l’élasticité de la cornée, ce qui la rend plus rigide. L’instabilité des taux d’œstrogènes affecte les yeux en les asséchant et en troublant la vision, et peut entraîner une sécheresse oculaire[5].

Progestérone

La progestérone agit avec l’œstrogène pour soutenir les glandes de Meibomius[5]. Bien qu’il y ait moins d’études sur les effets de la progestérone sur la santé oculaire seule, un traitement hormonal substitutif (THS) peut être prescrit aux femmes présentant des symptômes de la transition ménopausique sous forme d’œstrogène seulement ou d’une combinaison d’œstrogène et de progestérone[6].

Le traitement hormonal substitutif (THS)

De nombreuses femmes cherchent à combattre les symptômes de la ménopause par un traitement hormonal substitutif (THS)[6]. Le THS est un médicament qui contient des hormones féminines et qui est couramment utilisé pour traiter les symptômes de la ménopause. Bien que les avantages puissent l’emporter sur les risques, le THS augmente les risques de caillots sanguins, d’accidents vasculaires cérébraux et de cancer du sein[6]. Les données suggèrent que les femmes qui prennent un THS peuvent également présenter un risque accru de développer une sécheresse oculaire et que celle-ci soit plus grave[7]. Certaines études suggèrent même que le THS à base d’œstrogènes uniquement peut avoir des effets néfastes sur le film lacrymal[7].

 

Prise en charge et traitement de la sécheresse oculaire

En raison de la relation entre la sécheresse oculaire et la ménopause, nous ne pouvons pas considérer la sécheresse oculaire comme temporaire. Les hormones de la plupart des femmes restent à un niveau faible après la transition ménopausique. Heureusement, il existe de nombreuses options pour la prise en charge et le traitement de cette affection multifactorielle qui visent à atténuer les symptômes d’inconfort. En voici quelques-unes :

Larmes artificielles

Les gouttes ophtalmiques sont une option standard de prise en charge, car elles apportent un soulagement hydratant aux personnes souffrant de sécheresse oculaire, qu’il s’agisse d’un inconfort léger ou d’une douleur constante et intense. Il est préférable d’opter pour un produit sans agent de conservation afin de limiter les dommages supplémentaires causés à la surface oculaire. Les gouttes pour les yeux de qualité agissent de façon à amplifier les trois couches naturelles du film lacrymal, la couche de mucine, la couche aqueuse et la couche lipidique, et doivent imiter fidèlement le film lacrymal naturel. La surface oculaire est ainsi mieux lubrifiée, hydratée et soulagée.

Onguents pour les yeux secs

Les onguents permettent de soulager l’inconfort et d’hydrater les yeux. Ils favorisent également la lubrification de la cornée et de la conjonctive. Les onguents, comme I-DEFENCE®, restent généralement plus longtemps sur les yeux et sont donc recommandés pour une utilisation de nuit.

Bouchons méatiques

Les bouchons méatiques sont de petits dispositifs biocompatibles qui peuvent être insérés dans les canaux lacrymaux pour bloquer l’évacuation des larmes. L’insertion d’un bouchon méatique a pour effet d’augmenter l’humidité du film lacrymal. Cela permet de soulager certaines formes de sécheresse oculaire tout en réduisant l’écoulement lacrymal.

Suppléments d’oméga-3

L’alimentation joue un rôle important dans la santé oculaire. Les acides gras oméga-3 sont utiles à la fois pour notre santé physique et oculaire[8]. La consommation orale d’acides gras oméga-3 réestérifiés a été associée à une amélioration statistique de l’osmolarité des larmes[8]. Il peut être difficile pour de nombreuses personnes d’atteindre la quantité quotidienne recommandée d’acides gras oméga-3 par leur seule alimentation; la prise quotidienne d’un supplément nutritionnel d’oméga-3 est un moyen facile d’y parvenir.

Compresses chaudes

La thérapie par la chaleur humide à l’aide d’un masque thérapeutique pour les yeux, tel que le masque thérapeutique par le chaud et le froid I-RELIEF®, ou d’une compresse faite d’une serviette chaude et humide sur les yeux est une forme de thérapie complémentaire qui peut apporter un soulagement immédiat. Un léger massage de la paupière entre les séances peut aider à améliorer le fonctionnement des glandes sébacées. Cette thérapie est utile, car elle peut également procurer instantanément de l’hydratation et de l’apaisement.

Humidificateurs

L’environnement est l’un des nombreux facteurs qui contribuent à la sécheresse oculaire. Les systèmes de chauffage et de refroidissement domestiques, tels que les chaudières et les climatiseurs, réduisent l’humidité de l’air. Envisagez d’utiliser un humidificateur pour ajouter de l’humidité à l’air. Les larmes s’évaporeront plus lentement dans un environnement humide et redonneront de l’humidité aux yeux secs.

Quand consulter votre médecin

De nombreuses femmes continuent de ressentir les effets secondaires de la baisse des taux d’hormones à ce stade et présentent un risque accru de problèmes de santé[4]. La sécheresse oculaire et la ménopause étant étroitement liées, les effets peuvent persister longtemps en raison de la baisse des taux hormonaux après la ménopause. Il est important de maintenir une bonne hygiène oculaire afin de soulager l’inconfort actuel et futur causé par des affections de la surface oculaire, notamment la sécheresse oculaire, la blépharite et le dysfonctionnement des glandes de Meibomius (DGM).

La première étape pour soulager la sécheresse oculaire consiste à consulter un professionnel des soins de la vue. Il est important de prendre rendez-vous pour une évaluation de la sécheresse oculaire et des tests de diagnostic afin d’évaluer vos symptômes. En plus des gouttes ophtalmiques lubrifiantes, qui sont généralement recommandées, d’autres produits pour les maladies de la surface oculaire, comme ceux énumérés ci-dessus, peuvent être utiles pour soulager les symptômes oculaires gênants. Trouvez une clinique près de chez vous qui propose les produits I-MED Pharma et découvrez les solutions de prise en charge et de traitement de la sécheresse oculaire qui vous conviennent.


[1] Schaumberg DA, Sullivan DA, Buring JE, Dana MR. Prevalence of dry eye syndrome among US women. Am J Ophthalmol. 2003 Aug;136(2):318-26. doi: 10.1016/s0002-9394(03)00218-6. PMID: 12888056.

[2] Matossian, Cynthia et al. “Dry Eye Disease: Consideration for Women’s Health.” Journal of women’s health (2002) vol. 28,4 (2019): 502-514. doi:10.1089/jwh.2018.7041

[3] “Changes in Hormone Levels.” Changes in Hormone Levels, Sexual Side Effects of Menopause | The North American Menopause Society, NAMS, https://www.menopause.org/for-women/sexual-health-menopause-online/changes-at-midlife/changes-in-hormone-levels.

[4] “Post menopause: Signs, Symptoms & What to Expect.” Cleveland Clinic, https://my.clevelandclinic.org/health/diseases/21837-postmenopause#:~:text=Postmenopause%20is%20a%20term%20to,longer%20ovulating%20(releasing%20eggs).

[5] Boyd, Kierstan. “How Hormones Can Affect Eyes and Vision.” American Academy of Ophthalmology, 12 Nov. 2018, https://www.aao.org/eye-health/tips-prevention/how-hormones-can-affect-eyes-vision

[6] “Menopause and HRT: Hormone Replacement Therapy Types and Side Effects.” WebMD, WebMD, https://www.webmd.com/menopause/guide/menopause-hormone-therapy.

[7] Debra A. Schaumberg, ScD. “Hormone Replacement Therapy and Dry Eye Syndrome.” JAMA, JAMA Network, 7 Nov. 2001.

[8] Epitropoulos, Alice T. MD; Donnenfeld, Eric D. MD; Shah, Zubin A. MPH; Holland, Edward J. MD; Gross, Michael MD; Faulkner, William J. MD; Matossian, Cynthia MD; Lane, Stephen S. MD; Toyos, Melissa MD; Bucci, Frank A. Jr MD; Perry, Henry D. MD Effect of Oral Re-esterified Omega-3 Nutritional Supplementation on Dry Eyes, Cornea: September 2016 – Volume 35 – Issue 9 – p 1185-1191
doi: 10.1097/ICO.0000000000000940

 

Back To Top