skip to Main Content
LES MASQUES ET LA SANTÉ OCULAIRE : LES EFFETS DE LA PANDÉMIE SUR NOS YEUX

LES MASQUES ET LA SANTÉ OCULAIRE : LES EFFETS DE LA PANDÉMIE SUR NOS YEUX

La pandémie de COVID-19 qui sévit actuellement et les efforts déployés partout dans le monde pour en limiter la propagation ont eu des répercussions sur plusieurs aspects de notre quotidien, y compris nos yeux. Plusieurs des pratiques recommandées par les organisations et représentants de la santé contribuent à assurer notre santé et notre sécurité, mais aussi celles des autres. Les mesures mises en place sont nécessaires pour contrôler la maladie, mais il est aussi important de comprendre l’incidence de la pandémie sur notre santé oculaire.

La COVID-19 elle-même, mais aussi les mesures que nous prenons pour nous protéger du virus peuvent affecter nos yeux de plusieurs façons. Par exemple, le virus peut nous infecter en s’introduisant dans notre organisme par nos yeux[1]. De plus, certaines des mesures de protection en place, comme l’utilisation accrue des écrans numériques pour respecter la distanciation physique[2] et le port du masque, peuvent augmenter les cas et les symptômes de sécheresse oculaire[3]. Pour prendre en charge l’inconfort et assurer une santé des yeux optimale, il est important d’empêcher la surface oculaire de s’assécher.

Le port du masque et les risques pour les yeux

Le port du masque fait partie, avec les directives en matière de distanciation physique, des mesures que le grand public peut prendre pour se protéger contre la COVID-19[4]. Même si le masque a comme principal objectif d’empêcher les gouttelettes infectieuses d’atteindre d’autres personnes et de contaminer les surfaces[5], tous les types de masques protecteurs entraînent un certain inconfort.

Lorsque nous portons un masque, il arrive souvent que de l’air chaud et humide s’accumule à l’intérieur lorsque nous expirons, ce qui peut entraîner une certaine gêne[6]. Les lunettes peuvent aussi devenir embuées[7]. La buée sur les lentilles démontre bien l’évacuation vers l’extérieur de l’air expiré, mais cet air entre aussi en contact avec la surface des yeux[8]. Un courant d’air soufflé près des yeux crée des conditions qui accélèrent l’évaporation du film lacrymal, réduisant la qualité de celui-ci et asséchant la surface des yeux. Au fil du temps, lorsque le masque est porté à long terme, cela peut amplifier les symptômes associés à la sécheresse oculaire. De plus, l’inconfort causé par la sécheresse oculaire peut inciter les gens à se frotter les yeux et à se toucher le visage, des comportements qui augmentent le risque d’infection à la COVID-19 par les yeux[9].

Le bon ajustement du masque et les mesures préventives de santé oculaire

Un masque bien ajusté peut contribuer à bloquer l’air expulsé vers la surface des yeux. Un masque lâche ou qui laisse une ouverture sur la partie supérieure ou les côtés du visage peut entraîner de la sécheresse oculaire[10].

Les ouvertures permettent aussi aux particules virales d’entrer et de sortir[11]. Non seulement cela va à l’encontre du but même du masque, qui est de se protéger soi-même et de protéger les autres, mais cela engendre des problèmes pour les yeux en asséchant la surface oculaire. Pour régler le problème, portez un masque bien ajusté qui épouse les contours de votre visage (comme ceux munis d’une bande pliable sur le nez) ou améliorez l’ajustement en collant soigneusement la bordure supérieure du masque tout en évitant de nuire au clignement des yeux. Un bon ajustement est important tant pour la filtration des particules que pour le confort, en plus d’éviter les problèmes causés par l’air expiré vers les yeux[12]. De plus, l’utilisation de gouttes lubrifiantes viscoadaptives pendant le port d’un masque peut aider à prévenir l’assèchement de la surface oculaire en préservant le film lacrymal et en protégeant la surface des yeux.

En combinant certaines mesures, par exemple en prenant régulièrement des pauses d’écran numérique, en portant un masque bien ajusté et en utilisant des gouttes lubrifiantes pour les yeux comme I-DROP® PUR pour la sécheresse oculaire légère à modérée et les lentilles cornéennes ou I-DROP® PUR GEL pour la sécheresse oculaire modérée à sévère, vous pouvez assurer votre confort et votre santé oculaire et empêcher la surface de vos yeux de s’assécher lorsque vous portez un masque. Pour en savoir plus sur l’utilisation des larmes artificielles et la prévention des troubles oculaires, consultez votre professionnel des soins de la vue.

[1] Ping Wu, Fang Duan, Chunhua Luo, Qiang Liu, Xingguang Qu, Liang Liang et Kaili Wu. « Characteristics of Ocular Findings of Patients With Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) in Hubei Province, China ». JAMA Ophthalmology 138, no 5 (1er mai 2020), pp. 575-578. DOI : 10.1001/jamaophthalmol.2020.1291.

[2]Giuseppe Giannaccare, Sabrina Vaccaro, Alessandra Mancini et Vincenzo Scorcia. « Dry Eye in the COVID-19 Era: How the Measures For Controlling Pandemic Might Harm Ocular Surface ». Graefe’s Archive For Clinical and Experimental Ophthalmology (19 juin 2020). https://doi.org/10.1007/s00417-020-04808-3.

[3] CORE Alerts Practitioners to Mask-Associated Dry Eye (MADE). 31 août 2020, https://core.uwaterloo.ca/news/core-alerts-practitioners-to-mask-associated-dry-eye-made/.

[4] Chu, Derek K., Elie A. Akl, Stephanie Duda, Karla Solo, Sally Yaacoub et Holger J. Schünemann. « Physical Distancing, Face Masks, and Eye Protection to Prevent Person-to-Person Transmission of SARS-CoV-2 and COVID-19: A Systematic Review and Meta-Analysis ». The Lancet 395, no 10242 (27 juin 2020). p. 1973-1987. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)31142-9.

[5] Javid, Babak, Michael P. Weekes et Nicholas J. Matheson. « Covid-19: Should the Public Wear Face Masks? » BMJ 369 (9 avril 2020) : m1442. DOI : 10.1136/bmj.m1442..

[6] Ong, Jonathan J. Y., Chandra Bharatendu, Yihui Goh, Jonathan Z. Y. Tang, Kenneth W.X Sooi, Yi Lin Tan, Benjamin Y.Q Tan et coll. « Headaches Associated With Personal Protective Equipment – A Cross‐Sectional Study Among Frontline Healthcare Workers During COVID‐19 ». Headache 60, no 5 (2020) : p. 864-877. DOI : 10.1111/head.13811.

[7] Matusiak, Łukasz, Marta Szepietowska, Piotr Krajewski, Rafał Białynicki‐Birula et Jacek C. Szepietowski. « Inconveniences Due to the Use of Face Masks During the COVID‐19 Pandemic: A Survey Study of 876 Young People ». Dermatologic Therapy 33, no 4 (juillet 2020). DOI : 10.1111/dth.13567.

[8] Moshirfar, Majid, William B. West et Douglas P. Marx. « Face Mask-Associated Ocular Irritation and Dryness » Ophthalmology and Therapy 9, no 3 (septembre 2020). p. 397-400. https://doi.org/10.1007/s40123-020-00282-6.

[9] Ibid.

[10] CORE Alerts.

[11] Lee, Ka-Po, Joanne Yip, Chi-Wai Kan, Jia-Chi Chiou et Ka-Fu Yung. « Reusable Face Masks as Alternative for Disposable Medical Masks: Factors That Affect Their Wear-Comfort ». International Journal of Environmental Research and Public Health 17, no 18 (11 septembre 2020), p. 6623. https://doi.org/10.3390/ijerph17186623.

[12] Moshirfar et coll., « Face Mask-Associated » p. 397-400.

Back To Top