skip to Main Content
LA SÉCHERESSE OCULAIRE ET LA NUIT : COMMENT PROTÉGER ET RÉTABLIR VOS YEUX PENDANT QUE VOUS DORMEZ

LA SÉCHERESSE OCULAIRE ET LA NUIT : COMMENT PROTÉGER ET RÉTABLIR VOS YEUX PENDANT QUE VOUS DORMEZ

Nous passons environ le tiers de notre vie à dormir et, même si on ignore le but exact du sommeil, une chose est certaine, c’est que nous en avons tous besoin[1]. Généralement, lorsque nous allons dormir, nous commençons par nous fermer les yeux. Ce geste nous aide probablement tant à nous endormir qu’à rester endormis, mais il aide également à protéger la surface oculaire durant le sommeil[2]. L’interruption du processus qui consiste à se fermer les yeux et à les garder fermés peut contribuer au développement d’un certain nombre de troubles oculaires, en plus d’amplifier les signes et symptômes de la sécheresse oculaire. La lagophtalmie nocturne (la fermeture incomplète des paupières durant le sommeil), la paralysie du nerf facial (mieux connue sous le nom de paralysie de Bell), le syndrome de la paupière tombante (des paupières renversées durant le sommeil) et l’apnée du sommeil sont toutes des affections liées aux troubles du sommeil et des yeux. La protection de la surface oculaire pendant le sommeil peut avoir une incidence sur la prise en charge de ces affections, en plus d’améliorer le confort et la santé des yeux pendant la journée. L’application d’un onguent lubrifiant à action prolongée avant le coucher, comme I-DEFENCE® d’I-MED Pharma, est un moyen efficace de protéger et d’hydrater la surface oculaire durant le sommeil.

La lagophtalmie (fermeture incomplète des paupières)

La lagophtalmie nocturne est un trouble oculaire relativement courant pouvant survenir la nuit[3] et qui se caractérise par l’incapacité de fermer complètement les paupières durant le sommeil. Plusieurs facteurs peuvent en être à l’origine, comme l’environnement, la consommation d’alcool, l’usage de médicaments hypnotiques ainsi que certains facteurs génétiques, puisque ce trouble peut être héréditaire[4]. Certaines personnes souffrant de lagophtalmie nocturne ne présentent que des symptômes légers, voire aucun symptôme, puisqu’il arrive souvent que des personnes en santé dorment les paupières partiellement ouvertes[5]. D’autres, par contre, peuvent présenter un inconfort plus grave et d’importants symptômes oculaires, lesquels peuvent comprendre de la sécheresse, de l’irritation, de la douleur, la sensation d’avoir un corps étranger dans les yeux, le larmoiement et, parfois, une vision floue. Les symptômes sont souvent accentués le matin, au réveil, et s’atténuent au cours de la journée.

La lagophtalmie peut aussi survenir le jour lorsque, durant le clignement, les paupières supérieure et inférieure ne se ferment pas complètement. L’inefficacité du clignement fait en sorte qu’une partie de l’œil demeure exposée, entraînant l’évaporation du film lacrymal et donnant lieu à des symptômes associés à la sécheresse oculaire[6]. Alors que la dispersion des nouvelles larmes sur la surface des yeux relève principalement des paupières supérieures, un clignement complet favorise la sécrétion adéquate d’huile par les glandes de Meibomius supérieures et inférieures[7]. La sécheresse causée par l’exposition de parties de l’œil, que ce soit durant le jour ou la nuit, peut entraîner des lésions, et un clignement partiel ou inefficace peut diminuer la quantité et la qualité des larmes produites.

La lagophtalmie peut en outre être causée par une paralysie du nerf facial (comme la paralysie de Bell). La paralysie faciale, qui peut résulter de diverses causes, comme une infection, un trouble génétique ou un trauma, consiste en une lésion, une faiblesse ou une paralysie du nerf facial. Cette lésion peut empêcher la paupière de se fermer complètement, entraînant une lagophtalmie.

Il existe plusieurs façons de prendre en charge et de soulager les symptômes associés à la lagophtalmie; consultez votre professionnel des soins de la vue à ce sujet. Vous pouvez notamment réorganiser l’environnement dans lequel vous dormez de façon à réduire au minimum les courants d’air dirigés directement vers vos yeux (par exemple, provenant d’un évent d’aération ou d’un ventilateur de plafond) ainsi qu’augmenter l’humidité dans la pièce[8]. Les symptômes peuvent aussi être pris en charge en ayant recours à un onguent ophtalmique la nuit et à des gouttes pour les yeux ou à des larmes artificielles viscoadaptives pendant la journée[9].

L’application d’un onguent de nuit (comme I-DEFENCE®) et de gouttes pour les yeux le jour (comme I-DROP® MGD) dans le cadre de votre routine de soins des yeux constitue un moyen à la fois efficace et préventif d’atténuer les symptômes oculaires la nuit comme le jour, ce qui peut mener à un confort accru pendant la journée et améliorer la qualité du sommeil.

Le syndrome de la paupière tombante et l’apnée obstructive du sommeil

Le syndrome de la paupière tombante se caractérise par des paupières molles et caoutchouteuses qui se renversent facilement. On en ignore la cause exacte, mais cela pourrait être attribuable à un stress mécanique engendré par le frottement et l’étirement de la paupière contre l’oreiller ou le lit durant le sommeil[10]. Les symptômes de ce syndrome sont semblables à ceux associés à la lagophtalmie, soit le larmoiement, l’inconfort et une vision floue dans l’œil affecté; ils sont plus intenses au réveil et s’atténuent au cours de la journée.

La vaste majorité des gens touchés par le syndrome de la paupière tombante souffrent aussi d’apnée obstructive du sommeil. Les personnes souffrant d’apnée n’atteignent jamais les dernières phases de sommeil profond et souffrent donc d’un manque de sommeil chronique[11]. En présence d’apnée obstructive, les voies respiratoires supérieures se rétrécissent ou se referment constamment pendant les phases de sommeil profond. La personne se réveille alors et ses bronches s’ouvrent. Ce cycle se répète à maintes reprises tout au long de la nuit. Non seulement ces deux affections sont associées, mais la présence du syndrome de la paupière tombante peut indiquer un cas grave d’apnée obstructive du sommeil[12].

Pour prendre en charge les symptômes oculaires du syndrome de la paupière tombante, il est souvent utile de s’attaquer aux problèmes associés à l’apnée obstructive du sommeil lorsque les deux troubles sont présents[13]. Comme pour la lagophtalmie, une bonne lubrification des yeux pendant la nuit peut aider à protéger la surface oculaire des symptômes de sécheresse causés par l’ouverture d’un œil ou des deux yeux durant le sommeil.

LES AVANTAGES DE LA PROTECTION DES YEUX PENDANT LA NUIT

La sécheresse oculaire est un problème de santé de plus en plus préoccupant qui touche des millions de personnes. Avec l’augmentation des connaissances sur les troubles du sommeil, les spécialistes sont de plus en plus conscients du lien entre la qualité du sommeil et la santé oculaire. Protégez vos yeux la nuit au moyen de l’onguent hydratant et lubrifiant I-DEFENCE® pour les yeux secs. I-DEFENCE®, qui contient 0,40 % d’hyaluronate de sodium, procure un soulagement maximum de la sécheresse oculaire chronique sévère grâce à son contact prolongé avec la surface oculaire. La protection des yeux contre les dommages qui surviennent la nuit peut améliorer la qualité du sommeil et accroître le confort pendant la journée. Un sommeil de plus grande qualité et un soulagement oculaire accru le jour procurent des bienfaits globaux non seulement pour votre humeur et votre santé physique et mentale, mais aussi pour votre qualité de vie en général.

Consultez votre spécialiste des soins de la vue pour en savoir plus sur la façon dont vous pourriez bénéficier de l’utilisation d’un onguent de nuit pour les yeux secs.

[1] Alan A McNab, « The Eye and Sleep », Clinical & Experimental Ophthalmology 33, no 2 (avril 2005), p. 117. https://doi.org/10.1111/j.1442-9071.2005.00969.x.

[2] McNab, « The Eye and Sleep », p. 117.

[3] Shawn H. Tsai et coll., « Nocturnal Lagophthalmos », International Journal of Gerontology 3, no 2 (2009), p. 89. https://doi.org/10.1016/S1873-9598(09)70027-4.

[4] Aya Takahashi et coll., « Nocturnal Lagophthalmos and Sleep Quality in Patients with Dry Eye Disease », Life 10, no 7 (4 juillet 2020), p. 105. https://doi.org/10.3390/life10070105.

[5] Tsai, « Nocturnal Lagophthalmos », p. 89.

[6] Mariko Itakura et coll., « Topical Rebamipide Improves the Ocular Surface in Mild Lagophthalmos », Clinical Ophthalmology 7 (2013), p. 1333. https://doi.org/10.2147/OPTH.S47445.

[7] Vikesh Patel et coll., « Blink Lagophthalmos and Dry Eye Keratopathy in Patients with Non-Facial Palsy: Clinical Features and Management with Upper Eyelid Loading », Ophthalmology 118, no 1 (2011), p. 201. https://doi.org/10.1016/j.ophtha.2010.04.037.

[8] Joseph W. Sowka, « Like Sandpaper in the Morning: Here’s How You Can Help Break the Vicious Cycle of Nocturnal Lagophthalmos », Review of Optometry 149, no 4 (15 avril 2012), p. 75. https://link.gale.com/apps/doc/A289217524/AONE?u=lond95336&sid=AONE&xid=3dde1430.

[9] Tsai, « Nocturnal Lagophthalmos », p. 94.

[10] E. Andrew Waller, Rick E. Bendel et Joseph Kaplan, « Sleep Disorders and the Eye », Mayo Clinic Proceedings 83, no 11 (2008) : pp. 1252-1253. https://link.gale.com/apps/doc/A189510074/AONE?u=lond95336&sid=AONE&xid=98bacb9f.

[11] McNab, « The Eye and Sleep », p. 119.

[12] McNab, « The Eye and Sleep », pp. 119-120.

[13] Waller, Bendel et Kaplan, « Sleep Disorders and the Eye », p. 1254.

 

 

Back To Top