skip to Main Content
Vous Avez De La Difficulté à Vous Y Retrouver Dans La Multitude De Produits De Larmes Artificielles? Initiez-vous à La Rhéologie!

Vous avez de la difficulté à vous y retrouver dans la multitude de produits de larmes artificielles? Initiez-vous à la rhéologie!

Par Sarah Dardarian, spécialiste des ventes et du marketing, I-MED Pharma

L’une des premières étapes de la prise en charge de la sécheresse oculaire, une affection multifactorielle de la surface des yeux, est le traitement de remplacement des larmes, soit l’utilisation de larmes artificielles[1]. Les larmes artificielles se mêlent au film lacrymal instable afin de couvrir et de protéger la surface oculaire et ainsi préserver l’acuité visuelle et la santé des yeux. Il existe une multitude de gouttes pour les yeux, chaque produit comprenant différents ingrédients et préparé selon une formule différente; il peut donc être difficile de déterminer quel produit saura le mieux répondre aux besoins de vos patients. Pour choisir les larmes artificielles qui parviendront le mieux à stimuler les glandes lacrymales et de Meibomius, il est possible de faire appel à l’analyse scientifique, plus précisément à la discipline scientifique appelée rhéologie. La présente publication tâchera de démystifier les larmes artificielles en expliquant comment le recours à la rhéologie peut simplifier le choix du produit qui saura le mieux répondre aux besoins de vos patients en matière de sécheresse oculaire.

Pour commencer, qu’est-ce que la rhéologie et en quoi est-ce que cela s’applique aux gouttes pour les yeux?

La rhéologie est l’étude de la déformation et de l’écoulement de la matière sous l’influence de forces externes, en particulier l’étude du comportement et des propriétés des fluides non newtoniens[2]. Puisqu’elle permet d’expliquer la façon dont la matière se déforme et s’écoule sous l’influence de forces externes, cette science peut être utilisée pour nous aider à comprendre les changements dans le film lacrymal qui résultent des mouvements des paupières, en particulier du clignement[3]. Les meilleures larmes artificielles tentent de reproduire le plus fidèlement possible les larmes saines et naturelles[4]; en comparant les propriétés rhéologiques des larmes naturelles à celles de produits de larmes artificielles précis, il est possible de déterminer quelles formules imitent le mieux le comportement fluidique du film lacrymal naturel.

Fluides newtoniens et non newtoniens

Définissons tout d’abord ce qu’est un fluide newtonien : un fluide dont la viscosité est indépendante des forces externes et qui ne possèdent pas de propriétés viscoélastiques (c’est-à-dire des caractéristiques à la fois visqueuses et élastiques lorsqu’il est déformé)[5]. Le fluide newtonien présente donc une viscosité constante, quelles que soient les contraintes exercées. L’eau est un parfait exemple de fluide newtonien. Les fluides non newtoniens, en revanche, présentent des propriétés rhéologiques plus complexes, puisque l’application de forces externes vient modifier leur viscosité[6]. En d’autres mots, sous la contrainte, le fluide voit sa viscosité modifiée et devient plus liquide (ce qu’on appelle fluidification par cisaillement) ou plus solide (phénomène appelé épaississement par cisaillement). Les larmes humaines ont un comportement de fluidification par cisaillement, c’est-à-dire que leur viscosité diminue avec l’augmentation de la tension de cisaillement.

Autrement dit, les larmes deviennent plus liquides lorsqu’elles sont soumises à une contrainte (par exemple, lors du clignement). Il existe plusieurs fluides non newtoniens, tant naturels que synthétiques; les larmes humaines, la peinture et le ketchup sont des exemples de fluides non newtoniens qui se fluidifient par cisaillement.

À quoi les larmes servent-elles?

Les larmes jouent un rôle important, et un film lacrymal en santé est un élément essentiel de l’appareil oculaire. Le film lacrymal doit recouvrir efficacement la surface de l’œil afin de repousser la poussière, les débris et les bactéries tout en permettant une vision nette[7]. Du point de vue de la rhéologie, les propriétés des larmes humaines (un fluide non newtonien qui se fluidifie par cisaillement) assurent à celles-ci un contact prolongé avec l’œil ouvert et diminuent leur viscosité durant le cycle de clignement afin de protéger la surface oculaire[8]. La qualité et le volume du film lacrymal ont une incidence directe sur le confort et la qualité de la vision.

Les larmes artificielles idéales

Les larmes artificielles peuvent être classées dans deux principales catégories rhéologiques : les larmes newtoniennes (qui se comportent davantage comme l’eau) et les larmes non newtoniennes (qui se comportent davantage comme les larmes humaines naturelles)[9]. Les larmes artificielles non newtoniennes présentent une viscosité élevée lorsque l’œil est ouvert de façon à résister à l’écoulement et à la rupture du film lacrymal, ce qui crée un fluide stable sans troubler la vision. Lors du clignement, les paupières exercent une contrainte accrue sur le film lacrymal; la viscosité des larmes artificielles est alors réduite (ce qui rend celles-ci plus liquides) pour leur permettre de recouvrir la surface oculaire sans endommager l’épithélium. Puisqu’elles reproduisent le comportement rhéologique des larmes humaines naturelles et saines, les larmes artificielles non newtoniennes devraient procurer un confort accru et un soulagement prolongé des symptômes de la sécheresse oculaire[10].

La gamme de produits I-DROP® peut répondre à tous les besoins en matière de sécheresse oculaire

Un article récemment publié a évalué et classé les larmes artificielles selon leur comportement rhéologique, et il a été démontré que les produits I-DROP® MGD et I-DROP® PUR GEL présentent un comportement non newtonien marqué de fluidification par cisaillement.[11] Qu’est-ce que cela signifie concrètement pour la prise en charge et le soulagement de la sécheresse oculaire? En plus de présenter des comportements rhéologiques qui reproduisent ceux des larmes naturelles, les gouttes I-DROP® MGD, qui contiennent des osmoprotecteurs et des bioprotecteurs supérieurs, sont réellement les gouttes pour les yeux les plus évoluées en matière d’hydratation et de lubrification de la cornée, ce qui en fait le produit idéal pour soulager les symptômes associés à l’évaporation chronique du film lacrymal.

Les gouttes I-DROP® PUR GEL, qui présentent elles aussi un comportement non newtonien marqué de fluidification par cisaillement, sont recommandées pour la sécheresse oculaire chronique modérée ou grave en raison de leur capacité à hydrater et à lubrifier sans troubler la vision.

Enfin, les gouttes I-DROP® PUR, qui présentent un comportement non newtonien de fluidification par cisaillement modéré, sont recommandées pour les patients qui présentent une sécheresse oculaire chronique légère ou modérée; elles sont aussi compatibles avec les verres de contact.

Plusieurs facteurs doivent être pris en considération au moment de choisir les gouttes pour les yeux qui conviennent le mieux à vos patients, et l’étude des propriétés rhéologiques des larmes artificielles peut être révélatrice. I-MED Pharma est déterminée à faire progresser la science dans le domaine de la sécheresse oculaire et à fournir aux médecins et aux patients des produits de qualité supérieure pour combattre les symptômes chroniques courants associés à cette affection.

[1] Lemp, Michael A. (2007). « The Definition and Classification of Dry Eye Disease: Report of the Definition and Classification Subcommittee of the International Dry Eye Workshop », The Ocular Surface, vol. 5, no 2, p. 75-92. https://doi.org/10.1016/S1542-0124(12)70081-2.

[2] « Rheology » (2019). A Dictionary of Mechanical Engineering, 2e éd., Oxford University Press.

[3] Arshinoff, Steve, Ilan Hofmann et Hemi Nae (2020). « Role of rheology in tears and artificial tears », Journal of Cataract and Refractive Surgery, publication en ligne avant la parution sur papier. https://doi.org/10.1097/j.jcrs.0000000000000508.

[4] Ibid.

[5] Yañez-Soto, Bernardo, Mark Mannis, Ivan Schwab, Jennifer Li, Brian Leonard, Nicholas Abbott et Christopher Murphy (2014). « Interfacial Phenomena and the Ocular Surface », The Ocular Surface, vol. 2, no 3, p. 178-201. https://doi.org/10.1016/j.jtos.2014.01.0.

[6] « Non-Newtonian Fluid » (2019). A Dictionary of Mechanical Engineering, 2e éd., Oxford University Press.

[7] Arshinoff, Hofmann et Nae. « Role of rheology ».

[8] Arshinoff, Hofmann et Nae. « Role of rheology ».

[9] Arshinoff, Hofmann et Nae. « Role of rheology ».

[10] Arshinoff, Steve, Ilan Hofmann et Hemi Nae (2020). « Rheological behavior of commercial artificial tear solutions », Journal of Cataract and Refractive Surgery, publication en ligne avant la parution sur papier. https://doi.org/10.1097/j.jcrs.0000000000000507.

[11] Arshinoff, Hofmann et Nae. « Rheological behavior ».

Back To Top